Présentation

Je m’appelle NYA NOUATCHA Gerard Willy, étudiant en Master2 AIGEME option Ingénierie de l’éducation aux médias. Je suis un jeune enseignant  d’informatique. J’ai opté pour cette formation, car mon pays le Cameroun étant en plein processus d’intégration des TIC dans son système éducatif, a beosin des acteurs pouvant participer et faciliter ce processus.

Cette formation est très passionnate malgré la lourde tâche dont nous faisons face. Pour  mieux comprendre ce dont il est question dans ce Laster, je vous conseillerais de continuer à visiter ce e-Portfolio et ne manquez au passage de laisser vos commentaires et suggestions

Merci

Apport des TIC dans le processus enseignement/apprentissage

L’APPORT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (NTIC) À L’APPRENTISSAGE DES ÉLÈVES DU PRIMAIRE ET DU SECONDAIRE  REVUE DOCUMENTAIRE

1ère CONSTATATION : Le développement de diverses habiletés intellectuelles

Les technologies nouvelles ont le pouvoir de stimuler le développement des habiletés intellectuelles telles que la capacité de raisonner, de résoudre des problèmes, d’apprendre à apprendre et de créer.

2ème CONSTATATION : La spécificité de l’apprentissage à l’aide des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies peuvent contribuer de plusieurs façons à améliorer l’acquisition de connaissances dans diverses matières d’enseignement et le développement des habiletés et des attitudes qui sont reliées à ces connaissances. La nature et l’ampleur de ces apprentissages dépendent notamment de l’acquis préalable des élèves et des activités qu’ils accomplissent avec les nouvelles technologies.

3ème CONSTATATION : De l’intérêt pour une activité d’apprentissage

La plupart des élèves manifestent un intérêt spontané plus grand pour une activité d’apprentissage qui fait appel à une technologie nouvelle qu’aux approches coutumières en classe.

4ème CONSTATATION : Le temps et l’attention consacrés à des activités d’apprentissage

Le temps d’attention soutenue ou de concentration que la majorité des élèves sont prêts à consacrer à des activités d’apprentissage est plus élevé lorsqu’ils utilisent une technologie nouvelle que dans le cadre et avec les moyens traditionnels.

5ème CONSTATATION : Le développement de l’esprit de recherche

Les nouvelles technologies ont le pouvoir de stimuler la recherche d’une information plus complète sur un sujet, d’une solution plus satisfaisante à un problème et, d’une manière générale, d’un plus grand nombre de relations entre diverses connaissances ou données.

6ème CONSTATATION : Une collaboration élargie entre personnes

L’utilisation de nouvelles technologies favorise la collaboration entre élèves d’une même classe et entre élèves ou classes d’écoles différentes, proches ou lointaines, à des fins de sensibilisation à d’autres réalités, d’accès à des connaissances pertinentes non strictement définies à l’avance et de réalisation de projets ayant une portée réelle pour les élèves eux-mêmes et, éventuellement, d’autres personnes.

7ème CONSTATATION : Des apprentissages plus intégrés et mieux maîtrisés

Les possibilités de simulation, de manipulation virtuelle, de jonction rapide entre des données très variées, de représentation graphique et autres qu’offrent les nouvelles technologies contribuent à une mise en relation des connaissances avec diverses dimensions de la personne et assurent ainsi une maîtrise plus poussée de nombreux apprentissages.

8ème CONSTATATION : L’information sur de nouvelles ressources didactiques et la disponibilité d’un soutien pour leur utilisation

Par l’intermédiaire des nouvelles technologies, l’enseignant obtient rapidement des renseignements sur la disponibilité et l’intérêt d’une grande diversité de ressources didactiques et, en outre, bénéficie souvent d’un soutien pour leur utilisation.

9ème CONSTATATION : La collaboration de l’enseignant ou de l’enseignante avec d’autres personnes

Les nouvelles technologies facilitent la collaboration de l’enseignant ou de l’enseignante avec des collègues, ainsi qu’avec d’autres personnes, de l’intérieur ou de l’extérieur du système d’enseignement, pour la planification ou l’élaboration d’activités d’apprentissage destinées aux élèves.

10ème CONSTATATION : L’orientation de la planification

La planification de son enseignement par l’enseignant ou l’enseignante exige une harmonisation avec l’orientation pédagogique qu’il ou qu’elle privilégie, les apprentissages que l’élève est appelé à faire et les caractéristiques de la technologie utilisée. Toutefois, l’obtention de résultats positifs semble favorisée lorsque l’approche pédagogique retenue possède certains traits bien déterminés : une préoccupation pour une maîtrise des apprentissages en connexion avec le réel, la collaboration entre élèves, etc.

11ème CONSTATATION : Des relations différentes entre enseignants ou enseignantes et élèves

Si on utilise les technologies nouvelles en misant sur leurs possibilités, l’enseignant ou l’enseignante agit auprès des élèves, bien davantage que dans la classe traditionnelle, comme un animateur, un <>, un mentor, un guide dans la découverte et la maîtrise progressive de connaissances, d’habiletés et d’attitudes.

12ème CONSTATATION : Une vision différente de l’enseignement et de l’apprentissage

Dans un contexte où les technologies nouvelles jouent un rôle important, l’enseignant et l’enseignante envisagent de moins en moins le savoir comme un ensemble de connaissances à transmettre et de plus en plus comme un processus et une recherche continus dont ils partagent avec les élèves les difficultés et les résultats.

13ème CONSTATATION : L’évaluation des apprentissages

Les nouvelles technologies permettent d’associer de manière positive et étroite les élèves à l’évaluation de leurs propres apprentissages, ainsi que d’utiliser et de gérer des modes d’évaluation beaucoup plus exigeants que ce n’est le cas, en règle générale, en ce moment.

14ème CONSTATATION : Le diagnostic de difficultés particulières

En permettant de retracer rapidement les divers cheminements d’apprentissage empruntés par un élève, les nouvelles technologies facilitent la détection par l’enseignant ou l’enseignante des points forts de cet élève, de même que des difficultés précises qu’il rencontre ou de ses apprentissages préalables erronés ou mal assimilés.

Différents niveaux d’intégration pédagogique des TIC

Les différents niveaux de l’intégration pédagogique des TIC

Ces différents niveaux d’intégration des TIC sont données par Thierry KARSENTI dans son livre intitulé ‘‘Intégration pédagogique des TIC en Afrique en son chapitre 5’’.

L’axe 1 de la figure ci-dessous présente un continuum où les TIC sont utilisés soit par  l’enseignant, soit par les élèves. L’axe 2 illustre un second continuum où l’accent de l’activité réalisée est mis tantôt sur les TIC comme objet d’apprentissage, tantôt sur les disciplines scolaires qui sont enseignées avec les TIC. Ce modèle a l’avantage d’illustrer l’éventail des types d’usage des TIC observés dans les quatre pays couverts par l’étude.

  • Cadran A : Enseigner les TIC

Le Cadran A représente un premier niveau de l’intégration des TIC en éducation, le niveau qui était présent dans les années 1970, 1980 et 1990 et qui, selon les données recueillies, demeure toujours le plus représentatif de l’usage des TIC en éducation. Dans ce contexte, les TIC ne sont pas utilisées comme moyen d’apprentissage: les TIC sont objet d’apprentissage. On vise surtout à initier les élèves à l’informatique.

  • Cadran B: Amener les élèves à s’approprier les TIC

Dans le deuxième cadran du modèle développé, les TIC sont toujours objet d’apprentissage. Ce type d’usage des TIC caractérise près de 30 % des écoles pionnières-TIC. Le contraste est relativement important avec le Cadran A : au lieu de regarder, souvent de façon passive, l’enseignant présenter les TIC, les élèves sont appelés à manipuler, à faire usage des TIC, de façon plus active.

  • Cadran C : Enseigner des disciplines avec les TIC

Par rapport aux cadrans A et B, le Cadran C s’inscrit dans un tout autre paradigme des usages pédagogiques des TIC en contexte scolaire. À ce niveau, les enseignants font un usage des TIC dans l’enseignement de diverses disciplines. Les TIC ne sont plus objet d’apprentissage per se. Elles sont des outils à potentiel cognitif (Depover, Karsenti et Komis, 2007), des outils au service de l’enseignement de diverses disciplines scolaires. Malgré son potentiel sur la qualité de l’éducation en Afrique, un tel usage pédagogique des TIC n’a été observé que dans 11,3 % des écoles pionnières participantes.

  • Cadran D : Amener les élèves à s’approprier diverses connaissances, avec les TIC

Dans ce contexte, les élèves sont appelés à s’approprier diverses connaissances liées à des disciplines scolaires avec les TIC. Il y a une certaine progression par rapport au Cadran C. Dans le Cadran D, ce sont aussi les élèves qui sont appelés à faire usage des TIC pour apprendre diverses matières scolaires comme les mathématiques, les sciences, les langues, etc.

niveaux d’intégration des TIC